Twitter - Bibliothèques ULB

mercredi 10 juillet 2013

Vos publications partout !


DI-fusion, le Dépôt institutionnel numérique de l'ULB, est l'outil de référencement de la production scientifique de l'Université libre de Bruxelles et de l'Université de Mons. Il s’agit d’une « archive ouverte », c’est-à-dire que les auteurs peuvent y déposer le texte intégral de leurs publications en libre accès.

Un dépôt numérique augmente la diffusion de la recherche scientifique : depuis la mise en place de DI-fusion le 9 septembre 2009, les références encodées dans le dépôt institutionnel de l’ULB sont indexées par plusieurs moteurs de recherche (OAIster-Worldcat, Base, Driver…) ainsi que des bases de données disciplinaires transversales (Economist Online, Repec, Erpa). Depuis la fin de l’année 2012, Google Scholar indexe complètement DI-fusion.

DI-fusion dissémine également les séries de working papers suivantes, éditées à l’ULB et encodées dans DI-fusion :
-    vers REPEC pour les séries de SBS-EM : DULBEA, CEB, ECARES et C.E.M.E. (et prochainement, iCite) ;
-    vers l’ERPA pour la série de la Faculté des Sciences sociales et politiques : CEVIPOL.

Le référencement automatique et multiple à partir d’un simple encodage dans DI-fusion assure une diffusion très rapide des connaissances. Il augmente les chances d’être lu et d’être cité : DI-fusion permet aux utilisateurs de visualiser des statistiques de téléchargement pour chaque document ainsi qu’une carte indiquant les pays où le document a été le plus téléchargé ; des fonctions qui facilitent à l'auteur la mesure de l'usage de son document.

Pour voir l’efficacité de ces outils des archives ouvertes, on pourrait à nouveau se pencher sur le document le plus téléchargé depuis le démarrage de DI-fusion, à savoir, Market Freedom and the Global Recession, un titre de la fameuse série des « ECARES working papers ». Il a été téléchargé à 974 reprises (22 avril 2013), dont 96,51% de l’extérieur de la Belgique ! À cela, il faut ajouter des téléchargements d’autres sites qui indexent automatiquement DI-fusion, ce qui fait au total 1300 téléchargements (22 avril 2013).

À ce propos, on peut utilement se reporter au Scénario de la réussite d'une publication d'économie en open access. On peut aussi se référer à un article plus récent, soit Kampelmann S. and F. Rycx (2013), « Who Earns Minimum Wages in Europe? New Evidence Based on Household Surveys », un working paper de la DULBEA Research series de janvier 2013, et observer les statistiques de consultation aussi bien dans DI-fusion que dans Repec.

Enfin, DI-fusion assure le stockage sécurisé et pérenne des différentes versions de la publication, donne la possibilité de toujours accéder à ces fichiers via une connexion Internet, et les publications qui y sont encodées peuvent être intégrées à un site web ; voir par exemple le Faculty directory en SBS-EM (exemple : Nicolas van Zeebroeck), ou l’annuaire de la  Faculté des sciences sociales et politiques (exemple : Jean-Frédéric Morin).
Enregistrer un commentaire